Passer au contenu principal

Perspectives des Marchés Financiers de décembre 2017


 

​Perspectives des marchés financiers

 




Raphaël Gallardo
Stratégiste – Investissement et Solutions Clients
Natixis Asset Management

 

 

 

 


La croissance mondiale continue de dépasser les prévisions : les dernières enquêtes auprès des directeurs d’achat suggèrent une nouvelle accélération de l’expansion globale au-dessus de 4%, toujours bien répartie géographiquement entre pays émergents et développés.

 

 

Environnement économique

 

 
Dans un tel contexte, la question qui hante les marchés est de savoir à quel moment l’inflation refera surface et forcera les banques centrales à resserrer leurs politiques monétaires, au risque de faire redescendre sur terre certains marchés d’actifs.
Pour l’heure, l’inflation demeure encore loin de la cible de 2% en zone euro et au Japon. Néanmoins, les enquêtes d’activité en zone euro battent des records mois après mois. La France, l’Allemagne, les Pays Bas et même l’Italie affichent des niveaux de production à leurs sommets historiques. L’Espagne semble pâtir quelque peu du climat d’incertitude politique (Catalogne) et la Grèce peine toujours à capitaliser sur
 la reprise forte chez ses partenaires européens. Mais il paraît difficile d’expliquer la stagnation de l’inflation sous-jacente dans un tel contexte de croissance et de réduction des surcapacités de production et du chômage. L’inflation (hors énergie et alimentation) devrait graduellement se redresser depuis son niveau de 1%, ce qui ne manquera pas de réveiller les partisans de la rigueur monétaire au sein de la BCE.
 
Les risques se situent aux Etats-Unis, où les tensions sur le marché de l’emploi devraient s’aggraver l’an prochain, notamment à la suite de la mise en place d’une politique budgétaire fortement stimulante. La Réserve fédérale américaine aura pour tâche de combattre les pressions inflationnistes créées par la réforme fiscale, projet législatif phare des Républicains. La Fed devra également piloter avec attention ses hausses de taux sur des marchés d’actifs tendus (valorisations de certains segments du marché actions, cherté de l’immobilier pour les primo-accédants). Pour l’instant, les statistiques économiques nourrissent l’euphorie des marchés : la construction résidentielle rebondit grâce aux dépenses de reconstruction dans les zones affectées par les ouragans de l’été, le chômage continue de se réduire et la confiance des ménages bat des records. L’investissement hors énergie reste modéré, mais devrait connaître une accélération forte à la suite des incitations fiscales de la réforme prônée par M. Trump (amortissement fiscal de 100% la première année).
 
Contrairement aux précédents cycles, la Chine pourrait être l’an prochain une source de déflation pour l’économie mondiale, notamment en raison de l’impact du ralentissement de la construction résidentielle. Dans un scénario de stress, elle pourrait même se résoudre à déprécier sa monnaie, le renminbi, face au dollar, ce qui réduirait d’autant le prix des importations « made in China » dans les pays développés.
 


 

Environnement des marchés

 
Si l’optimisme reste généralement de mise sur le scénario de croissance mondiale en 2018, la difficulté est d’en mesurer l’impact sur les politiques des banques centrales dans les mois à venir, tant les valorisations des marchés sont dépendantes du maintien d’un environnement de taux artificiellement bas. Or, les marchés du travail semblent proches du plein-emploi aux Etats-Unis, au Japon, en Allemagne et au Royaume-Uni, ou voient leurs surcapacités se résorber rapidement (baisse du chômage en France, Italie, Espagne). Etant donné les délais d’action de la politique monétaire (6-9 mois), ces niveaux de tensions sur le marché du travail justifieraient de hâter le processus de normalisation des politiques monétaires.
 
Enfin, la réduction du bilan de la Fed va s’accélérer mécaniquement tout au long de l’année, avec un impact sur l’offre nette de papier obligataire américain. Si l’on rajoute à cela la remontée récente du pétrole qui pousse à la hausse les points-morts d’inflation, le risque est réel d’assister à une embardée sur les taux longs mondiaux dans le courant de l’année.
 
Mais cette remontée des taux longs serait-elle soutenable ? Le marché immobilier américain ne paraît pas capable de résister longtemps à des taux immobiliers qui reviendraient au-dessus des 4%, tant les primo-accédants peinent à déjà à financer l'achat d’un bien immobilier. De même, sur le marché des actions, certaines valeurs de croissance (technologie notamment) souffriraient d’un taux d’actualisation plus élevé de leurs revenus futurs. Les actions japonaises et européennes devraient continuer de bien se comporter dans cet environnement, mais les investisseurs actions devront garder les yeux rivés sur les courbes de taux.
 


 
Achevé de rédiger le 14 décembre 2017
 

Cliquez sur ce lien pour consulter le glossaire financier de Natixis Asset Management

 

Natixis Asset Management

Société anonyme au capital de 50 434 604,76 €
Agrément AMF n°GP 90 009 - RCS Paris n°329 450 738

21, quai d’Austerlitz - 75634 Paris cedex 13 - Tél. +33 1 78 40 80 00

 

Ce document est destiné à des clients non professionnels au sens de la Directive MIF. Il ne peut être utilisé dans un but autre que celui pour lequel il a été conçu et ne peut pas être reproduit, diffusé ou communiqué à des tiers en tout ou partie sans le consentement préalable et écrit de Natixis Global Asset Management S.A pour NGAM Distribution (ci-après « NGAM »).

 
Aucune information contenue dans ce document ne saurait être interprétée comme possédant une quelconque valeur contractuelle. Ce document est produit à titre purement indicatif. Il constitue une présentation conçue et réalisée par NGAM à partir de sources qu’elle estime fiables. NGAM se réserve la possibilité de modifier les informations présentées dans ce document à tout moment et sans préavis. NGAM ne saurait être tenue responsable de toute décision prise ou non sur la base d’une information contenue dans ce document, ni de l’utilisation qui pourrait en être faite par un tiers.
 
Les analyses et les opinions mentionnées dans le présent document représentent le point de vue de l’auteur référencé, sont à la date indiquée et sont susceptibles de changer. Il n’y aucune garantie que les développements futurs correspondront à ceux prévus dans le présent document.


 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 
Partager :  

acces directs
Contacter un conseiller