Passer au contenu principal

Flash marchés du 23 au 27 octobre 2017


 

​le 30 octobre 2017

 

Environnement économique

 

Chine : le comité permanent a été largement renouvelé. Il est majoritairement constitué de membres proches du président Xi Jinping. De ce fait, ce dernier pourra exercer le pouvoir sans contradicteurs dans cette instance. En matière de politique économique, l’accent sera mis sur le développement de nouvelles technologies, les réformes sociales passant au deuxième plan.

 

Japon : le premier ministre Shinzo Abe a été réélu avec une majorité suffisante pour réformer la constitution pacifiste. La bourse japonaise a poursuivi sa hausse et s’approche des 22 500 points atteint en juin 1996. On se souvient que le record avait été touché en décembre 1989, à 38 915,87 points.

 

La hausse actuelle résulte de facteurs techniques, politiques (résultat des élections) et économiques. La baisse du yen et le bon niveau d’activité dans les autres pays asiatiques favorisent les sociétés exportatrices. Mais les tensions avec la Corée du Nord et les difficultés du gouvernement à réformer le pays viennent fragiliser cette tendance.

 

Zone euro : l’estimation des indices PMI (enquêtes auprès des entreprises) suggère un maintien du dynamisme économique. Après une hausse de 0,7 % au troisième trimestre, une expansion similaire se dessine pour les trois derniers mois de l’année. Dans ce contexte, la Banque centrale a décidé de réduire de moitié le montant de ses achats mensuels d’obligations pour le ramener à 30 milliards d’euros à partir de janvier 2018. Cette politique sera poursuivie au moins pendant trois trimestres et ne cessera que si la conjoncture le justifie. Dans ce cadre, une hausse des taux directeurs ne paraît pas envisageable pendant les 18 à 24 mois prochains.

 

Enfin, vendredi, le parlement catalan a voté une motion proclamant l’indépendance de la région, en l’absence de l’opposition. Cette attitude facilite la tâche du gouvernement espagnol qui va mettre sous tutelle la Catalogne et veut destituer son président.

 

États-Unis : la première estimation de la croissance pour le troisième trimestre ressort à 3 %, après 3,1 % entre avril et juin. La hausse des stocks et la contraction du déficit commercial ont compensé le ralentissement des dépenses des ménages et le recul de la construction. Mais ces deux derniers points s’expliquent en partie par les effets des ouragans Harvey et Irma.
 

Marchés financiers


Taux : légère hausse des taux américains à 10 ans qui gagnent 5 points de base à 2,43 %. Le rythme de hausse de l’activité reste élevé, le projet d’allègement des impôts se renforce avec le vote, par le Sénat, d’une résolution ouvrant la perspective d’un accord sur le budget 2018. En revanche, la prudence de la Banque centrale européenne dans le resserrement de sa politique monétaire éloigne la date d’une première hausse des taux directeurs. Ainsi, les taux allemands à 10 ans (0,40 %) et français (0,81 %) ont reculé d’environ 6 points de base. L’emprunt espagnol de même durée offre également un rendement en baisse de 7 points de base sur la semaine, à 1,56 %.

Actions : portés par la politique prudente de la Banque centrale européenne et la croissance aux États-Unis comme en zone euro, les indices actions ont poursuivi leurs hausses. L’indice CAC 40, à 5 495 points, a retrouvé son niveau d’août 2008.

La moitié des entreprises américaines du S&P 500 ont publié leurs comptes trimestriels. En moyenne, la hausse des chiffres d’affaires atteint 6 % et celle des bénéfices 8 %. Intel, Microsoft, Alphabet (maison-mère de Google) et Amazon ont su tirer parti d’une accélération de la demande pour les technologies innovantes.

En Europe, la saison est moins avancée. À ce stade, les chiffres d’affaires augmentent en moyenne de 3 % et les bénéfices reculent de 1 %.

30/10/2017

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 
Partager :  

acces directs
Contacter un conseiller